Accueil > France > Au sujet des Hedge Funds

Au sujet des Hedge Funds

juin 2010

L es Hedge funds sont apparus dans les années
50. De nouvelles règles ou plutôt absences de
règles ont été appliquées sur les marchés financiers, permettant
une spéculation tous azimuts, occasionnant
gains colossaux mais aussi chutes spectaculaires, il est
vrai amorties par les politiques d’austérité des gouvernements
bourgeois pillant les familles populaires pour redistribuer
aux privilégiés.

La technique est la suivante : la vente à découvert,
c’est-à-dire vendre au comptant des titres que l’on ne
détient pas, en les empruntant. La baisse de la valeur des
actions d’une entreprise donnée peut être immédiate et
spectaculaire. Ensuite, le spéculateur de Hedge funds va
acheter les actions à bas prix ; la multiplicité des achats
va faire remonter leurs cours et ainsi permettre des gains
considérables.

Il y a près de 10 000 Hedge funds dans le monde, qui
géraient 1760 milliards de dollars, soit plus que le montant
de toutes les dépenses d’armement dans le monde !
Les ¾ de ces fonds pourris sont gérés par des sociétés
nord-américaines, britanniques, israéliennes. La plupart
ont leur siège aux îles Caïman, paradis fiscal pour les
boursicoteurs et l’argent sale des divers trafics de mort.

Ces Hedge funds sont une arme du capital financier
transnational, comme l’ont prouvé les attaques spéculatives
contre le Mexique, les pays d’Asie dont le Japon, la
Russie, l’Argentine dans les années 90, attaques qui ont
conduit au krach et à la liquidation des conquêtes sociales
au prix de la paupérisation absolue de la majorité des
travailleurs. Transnationales, ces sociétés se livrent à des
attaques boursières y compris contre les États néocolonisés,
mais aussi capitalistes.

Dans le « Tiers-Monde », les Hedge funds sont l’arme
financière la plus brutale de l’impérialisme. Ces sociétés
vont racheter à bas prix des créances des divers États en
échange de la saisie des matières premières, de valeurs
appartenant à ces États, d’oeuvres d’art. C’est purement
et simplement un vol des richesses de ces pays. Ensuite,
au nom de la dette acquise par ces pays, les oligarques
financiers vont exiger des politiques d’austérité et d’ajustements
structurels qui vont atteler davantage un pays
donné au char de l’impérialisme.

Maintenant les Hedge funds qui ont largement
récupéré les pertes de 2008 - puisque leurs
avoirs se montent à 2000 milliards de dollars -,
s’attaquent à l’euro, à la Grèce, à l’Espagne,
pour imposer aux divers gouvernements bourgeois,
toujours plus de réduction des dépenses publiques
et la priorité absolue de remboursement des dettes des
États. En France, Fillon s’est engagé à rembourser 100
milliards d’euros en trois ans avec l’objectif de faire payer
les seuls revenus du travail.

Au-delà des promesses verbales d’Obama de mettre fin
aux Hedge funds, on peut constater que toutes leurs attaques
financières l’ont été contre des rivaux capitalistes
de l’hégémonie US. Derrière le caractère de capital financier
transnational (opacité des sociétés qui ont permis au
super-escroc Madoff de détourner des dizaines de milliards
pendant trois décennies), se profile le capital anglo-
saxon.

Ces Hedge funds, par leur influence et leur spéculation
effrénée et imprévisible sur les marchés, sont parvenus à
se subordonner totalement les États de l’UE, en leur dictant
purement et simplement leur politique économique
et financière, en obtenant des « aides » (qui seront payées
par les travailleurs) de 750 milliards d’euros pour les pays
en difficulté de la zone de la monnaie unique (dont 250
empruntés au FMI !). Loin de la démagogique et prétendue
« gouvernance économique » prônée par Sarkozy, les
spéculateurs et l’oligarchie financière ont su rappeler
que toutes les rênes du pouvoir capitaliste étaient entre
leurs mains. D’ailleurs, après l’accalmie qui a suivi l’annonce
des 750 milliards, la spéculation a repris, occasionnant
la baisse continue de l’euro !