Accueil > Documents URCF > Vive le Léninisme !

Vive le Léninisme !

juin 2010

A l’occasion du 140ème anniversaire de Lénine

Première partie

Les thèses marxistes-léninistes sur l’organisation suscitent aujourd’hui
les mêmes remarques :
les temps ont changé, mettre en
oeuvre les propositions de Lénine
relève d’un projet passéiste de
vieux communistes à la retraite.

En effet, comment nier que l’époque
de Lénine diffère de la nôtre
 ? C’est absurde ! S’amuse-ton
dans les milieux dits progressistes,
répétant ainsi d’ailleurs la
propagande totalitaire des Figaro-
Le Monde-Le Parisien-
Libération-L’Humanité-Rouge
(LCR), etc. C’est là cependant un
point de vue qui ne résiste pas un
instant à l’analyse matérialiste de
la situation.

Que faire ?

La télévision, l’internet, le consumérisme
n’existaient pas à l’époque
de Lénine, et personne ne conteste
ce fait : depuis la Grande Révolution
russe de 1917 et le développement
des grands partis communistes
dans le monde, le capitalisme s’est
doté de puissants moyens de corruption.

La contre-révolution bourgeoise
en URSS a été le produit de
la révision du marxisme-léninisme,
et des querelles de chapelle que cet
opportunisme a générées. Que
faire ? Penser, inventer de nouvelles
pratiques, de nouvelles formes
d’organisation (S. Zizek, A. Badiou)
ou, plus modestement, en
revenir à Lénine, qui a fait ses preuves
au vingtième siècle et étudier
les expériences socialistes victorieuses
et effectives ? Si le Capitalisme
avait radicalement changé
dans ses lois objectives, ces recherches
auraient un intérêt pratique..

Mais il se trouve qu’un État reste
un État, c’est-à-dire un appareil de
coercition d’une classe dominante
sur la classe dominée. La barbarie
impérialiste fut, est et sera parfaitement
organisée : elle possède les
armées, les polices, l’éducation. Et
pour la vaincre, il n’y avait et il n’y
a qu’une solution : il faut s’organiser,
dans la classe opprimée, afin de
diffuser la conscience révolutionnaire
dans les entreprises et dans la
jeunesse.

L’organisation du parti
de Lénine,
l’organisation
d’un nouveau parti
communiste et
révolutionnaire en France

Continuant, tout en le corrigeant, le
travail de Plékhanov, Lénine, à
Saint-Pétersbourg, à partir de 1893,
s’engagea à unifier les organisations
marxistes, à partir de deux
critères : la défense du marxisme
contre le populisme, et la défense
des revendications ouvrières dans
les bagnes capitalistes.

Cette organisation fut la première à
réaliser la fusion du socialisme avec
le mouvement ouvrier : elle liait
l’amélioration des conditions de
travail, la réduction de la journée de
travail, l’augmentation des salaires
à la lutte politique contre le tsarisme.

De même, le combat de
l’URCF consiste à unir, autant qu’il
est possible, les luttes syndicales,
simplement économiques ou immédiates,
à la lutte politique accusant
le capitalisme. Ce sont là des embryons
d’un parti révolutionnaire
s’appuyant sur le mouvement ouvrier.

Or, après l’arrestation de Lénine,
l’économisme (qui consiste à
limiter la lutte du parti à la lutte
économique des ouvriers contre les
patrons, à la lutte syndicale) fit de
funestes progrès. Mais V-I. Oulianov
ne tarda pas à faire justice de
cette tromperie : dans Que faire ?, il
démontra que la conscience socialiste
ne surgit pas spontanément
dans la classe ouvrière et que prêcher
la transformation du parti en
appendice du syndicat, c’est s’en
remettre à la spontanéité.

En outre, l’économisme a peut-être
quelque chose de condescendant :
pourquoi les dirigeants des partis et
organisations économistes ne diffusent-
ils pas la théorie socialiste ?

Parce qu’ils pensent que le socialisme
n’est qu’une meilleure répartition
des richesses sous le capitalisme,
le « socialisme petit–
bourgeois » dont parle Marx.. Il n’y
a pas de milieu : tout éloignement
de l’idéologie socialiste implique
ipso facto le renforcement de l’idéologie
bourgeoise (nous l’avons
suffisamment constaté ces dernières
années). Le parti communiste, c’est
la fusion du mouvement ouvrier et
du socialisme !

Enfin, lors du IIème congrès du
P.O.S.D.R., [Parti Ouvrier socialdémocrate
de Russie] le 17 juillet
1903, Lénine fit adopter le programme
présenté dans le journal
l’Iskra : le programme proclamait
comme tâche maximale du parti le
renversement du pouvoir des capitalistes
(le projet est tout à fait actuel),
et comme tâche minimale :
l’instauration de la démocratie et le
renversement de l’autocratie (c’est
ce qui appartient au passé), l’amélioration
des conditions de travail
(le projet est tout à fait actuel),
l’une non dissociée de l’autre.

L’actualité de l’enseignement de
Lénine est démontrée : à chaque
fois que le mouvement ouvrier doit
se défendre, c’est d’abord sur la
base de ses intérêts matériels ; mais
cette lutte doit toujours être reliée à
la perspective politique du renversement
du capitalisme.

Vive le marxisme–
léninisme !