Accueil > Luttes > Salut de classe à l’avant-garde gréviste !

Salut de classe à l’avant-garde gréviste !

novembre 2010

Montée de la résistance ouvrière

Les luttes qui se
multiplient dans
les entreprises
attestent de la
montée de la résistance
ouvrière.

Aujourd’hui, c’est bien
autour de leur intérêt
commun sur les retraites
que les travailleurs sont
partis unis dans une bataille
de haut niveau.

Dans ce mouvement,
une avant-garde de lutte
s’est détachée : les raffineurs,
les travailleurs des
ports, les éboueurs, les
cheminots, qui bloquent
des secteurs clés de l’économie
capitaliste. Leurs
grèves reconductibles
bloquantes, soutenues par
l’ensemble des travailleurs,
constituent la force
de frappe du mouvement
 ! Elles ont inscrit la
lutte dans la durée. La
lutte a été particulièrement
dure et efficace
dans les villes de Marseille,
Toulouse, Brest,
Lyon, Lille, Le Havre,
Grandpuits….La jeunesse
est entrée vigoureusement
dans la lutte, gonflée
par la colère, les injustices
et l’avenir de
précarité promis par le
capitalisme.

Cela résonne comme
un camouflet à la vaste
campagne lancée depuis
des années avec l’appui
des dirigeants réformistes
pour accréditer l’idée de
la disparition de la classe
ouvrière. Le mouvement
voit aussi l’émergence,
dans les faits, d’une
avant-garde unie, visible
dans la lutte, à la base des
syndicats CGT et Solidaires
(Sud), qui s’oppose
aux directions syndicales
opportunistes nationales
et locales. Autre signe :
spontanément, dès le début,
des caisses de solidarité
avec les grévistes ont
été lancées dans toute la
population, renouant ainsi
massivement avec les
leçons de lutte de classes.
Caisses de solidarité qui
montrent concrètement le
pouvoir et la force du
collectivisme de la classe.

Nous y voyons un encouragement
à poursuivre
et à amplifier la campagne
« Accusons le Capitalisme
 », pour relier le
mécontentement social et
politique contre Sarkozy
à la dénonciation de l’ensemble
du système capitaliste,
et à la bataille révolutionnaire
pour le socialisme.