Accueil > L’URCF > L’URCF dans la classe > L’URCF dans l’hexagone des luttes - par Jean Sanitas

L’URCF dans l’hexagone des luttes - par Jean Sanitas

novembre 2010

« L’histoire de toute société
jusqu’à nos jours est l’histoire
de la lutte des classes
 », écrivait
Karl Marx dans Le Manifeste du Parti
communiste en 1848.

Cette histoire a continué
à s’écrire après 1848, elle s’écrit encore
de nos jours, elle continuera à s’écrire demain,
si cela s’avère nécessaire, elle s’écrira
jusqu’à ce que soit éradiqué le capitalisme
pour faire place à une société sans classes,
une société où l’argent ne sera plus roi, où
les travailleurs auront pris en mains leur
présent et leur avenir, autrement dit où ils
seront devenus maîtres de leur travail et
libres d’en profiter.

L’Union des révolutionnaires
communistes de France, ayant fait
sienne la pensée de Marx et de Lénine pour
la faire triompher, est de tous les combats
menés par les travailleurs des usines, des
bureaux, des champs, ouvriers, cadres, chercheurs,
fonctionnaires, paysans, combats
contre les capitalistes et ceux de la politique
à leurs ordres.

C’est pourquoi on a vu ses
militants dans les piquets de grève et les
manifestations de ces dernières semaines.

C’est pourquoi on les retrouvera partout où
l’on se battra, aux quatre horizons de
l’hexagone, pour défendre les droits de ceux
qui travaillent. Sans vouloir abuser des citations,
je me permets de puiser dans Cung
Gûi-Nguyen, penseur vietnamien, pour dire,
avec lui, « lorsqu’un homme sent que sa
liberté et sa dignité sont les conditions minimales
de son existence, il ne demande à
personne de lui conférer ces titres, il les
conquiert.
 »

Car c’est aussi de cela qu’il
s’agit dans les luttes actuelles menées ou
soutenues par l’immense majorité des travailleurs.

Jean Sanitas.