Accueil > International > Libye : vers une intervention impérialiste ?

Libye : vers une intervention impérialiste ?

mars 2011

Le soulèvement populaire libyen
embrase le pays, qui semble
revenu aux « frontières » qui
étaient les siennes à l’époque coloniale.
Le régime Kadhafi a engagé une répression
cruelle contre des manifestants,
poussés par la misère croissante et le
chômage massif (30 % de la population
active).

La Libye s’est engagée, à partir de
1969, dans une révolution nationaledémocratique,
qui a eu de grandes réalisations
à son actif : nationalisation du
secteur pétrolier, progrès de la condition
féminine et du niveau de vie (meilleur
IDH – indice de développement humain-,
en Afrique).

Les positions de solidarité avec la lutte
du peuple palestinien vaudront rapidement
à la Libye la haine tenace de l’impérialisme.
Alors que la bourgeoisie des
États impérialistes a mené campagne sur
le thème de la Libye « état terroriste »,
rappelons que le terrorisme a été initié
par les impérialismes américain et sioniste
(attentat de 1973, où un avion civil
libyen est abattu par l’aviation israélienne
en Égypte ; en 1986, l’administration
Reagan bombarde la Libye pour punir
Kadhafi et son régime, faisant de nombreuses
victimes, et tuant la petite fille de
Kadhafi).

Les réponses de l’administration libyenne
à ces attaques, sur le même terrain
du terrorisme, lui vaudront l’incompréhension
et la condamnation de beaucoup
de forces démocratiques. Dans la
dernière décennie, la révolution nationale-
démocratique a dégénéré. Les éléments
bureaucratiques se sont livrés à
l’enrichissement personnel et à la corruption,
soutenant la privatisation des richesses
nationales et l’ouverture au Capital
international. Cette politique a suscité le
mécontentement populaire, et là se trouve
l’origine du soulèvement populaire.
Comme marxistes-léninistes, nous ne
pouvons confondre tout mouvement populaire
avec une révolution. Une révolution
vise à liquider l’ordre établi, obstacle
à l’émancipation, et à obtenir des revendications
démocratiques et sociales. Un
soulèvement réactionnaire vise au retour
à l’ordre ancien, au renforcement de l’ordre
clérical, et à la soumission à l’impérialisme.

L’URCF salue la mémoire de tous les
martyrs qui sont tombés dans les combats
 ; elle soutient toutes les forces qui se
battent pour une véritable démocratie
populaire, pour une Libye véritablement
indépendante, et pour la satisfaction de
toutes revendications sociales et démocratiques.

À l’heure où nous écrivons ces lignes,
les puissances impérialistes, se croyant
revenues à l’époque de la canonnière,
concoctent une possible intervention
militaire, sous l’habillage de l’humanitaire.
L’URCF condamne toute ingérence
dans les affaires intérieures de la Libye.
C’est au peuple frère de Libye de décider
seul de son avenir.