Accueil > International > Années antérieures > Message de l’URCF à l’occasion de l’assassinat de Dimiti Kotzaridis

Message de l’URCF à l’occasion de l’assassinat de Dimiti Kotzaridis

vendredi 21 octobre 2011

L’URCF s’incline devant le corps du camarade Dimitri Kotzaridis, dirigeant syndical du PAME, lâchement assassiné par les provocateurs de basse police, lors du grand rassemblement devant le Parlement grec jeudi 20 octobre 2011.

Ce crime, il serait trop facile de le réduire à la canaille fasciste qui a lancé le coctail Molotov. C’est un crime commandité par l’oligarchie grecque, l’Union européenne, le Fond Monétaire International et les « ours savants de la social-démocratie » comme les surnommait le poète communiste Louis Aragon. Car l’agression dont à été victime le rassemblement des travailleurs, du peuple grec, est l’expression de la volonté de la bourgeoisie monopoliste, de ses valets, de mettre en œuvre coûte que coûte, et par tous les moyens, leur plan de réduction à la misère et à la faim des travailleurs et leurs familles, pour accroître les profits, pour intensifier l’exploitation. A chaque manifestation d’ampleur dans toute l’Union Européenne, on voit apparaître des individus cagoulés chargés de détourner l’attention tant des problèmes gravissimes auxquels les masses populaires sont confrontées, que de l’ampleur des ripostes des forces de classe, en cassant des vitrines, en agressant les manifestants, les petits commerçants, « en jouant au chat et à la souris » avec des forces policières complaisantes. Déjà lors de la dernière grève générale à Athènes la Secrétaire Générale du KKE, la camarade Alérika Papariga, avait dénoncé devant le parlement grec la machine provocatrice mise en place. Il faut aussi noter que les forces opportunistes et révisionnistes, font preuve d’une complaisance manifeste avec les provocateurs.

L’URCF salut le service d’ordre de PAME pour son sang-froid et sa détermination qui ont permis, malgré le décès du camarade Kotzaridis et les dizaines de blessés, de protéger la manifestation. L’URCF est convaincue que la mémoire de notre camarade galvanisera les travailleurs grecs pour mettre en échec les plans de faim et de misère concoctés par le FMI, l’Union Européenne, l’oligarchie financière, et mis en œuvre par la social-démocratie du PASOK.

L’URCF transmet à la famille du camarade Dimiti Kotzaridis, à ses camarades de travail, au PAME ses condoléances et sa tristesse.

Paris, le 21 octobre 2011