Accueil > International > Années antérieures > La vérité sur la Syrie

La vérité sur la Syrie

samedi 28 avril 2012

La Syrie est-elle menacée d’une intervention militaire sur son sol
par les troupes impérialistes françaises et nord-américaines pour
renverser un des derniers régimes anti-impérialistes du Moyen-
Orient ?

Il est probable que l’option militaire
défendue par la France et les
USA, fortement relayée par les
États fantoches d’Arabie Saoudite
et du Qatar, a été mise en échec par
le véto des Russes et des Chinois,
qui a annihilé leurs efforts pour
condamner les autorités syriennes
au Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour autant, Sarkozy et Obama
et leurs alliés turcs, arabes et israéliens,
poursuivent leur offensive
contre la Syrie au plan diplomatique,
médiatique et militaire, en
fournissant aux insurgés des armes
et du matériel de guerre « les poussant
à assassiner des gens, à piller des
propriétés privées et publiques, à kidnapper
des citoyens, à bloquer les routes
et à se rebeller contre l’État et ses
lois
 », comme le rappelle le Parti
communiste syrien (PCS) dans une
récente déclaration appelant le
peuple syrien à la vigilance en vue
d’une éventuelle résistance nationale.

« Ses majestés, les princes du Golfe
trouvent que c’est une « excellente idée
 » d’armer l’opposition pour plonger la
Syrie dans un état de guerre civile et
ethnique et la diviser pour servir les
besoins et les exigences avant tout
d’Israël et des États impérialistes qui le
soutiennent
 », précise le PCS.

Derrière Bachar-el-Assad,
c’est la Syrie, pays laïc, rétif
à l’instauration du Nouvel
Ordre Mondial, qui est visée
.

Dans une interview exclusive
accordée au journal La Nouvelle
République
, la journaliste Joëlle Penochet,
ethnologue et sociologue
des mass-médias, témoigne : Ce
qui est visé, c’est « la Syrie en tant
que pays laïc, nationaliste et indépendant,
ennemi d’Israël et rétif à l’instauration
du Nouvel Ordre Mondial.
Après l’Iraq et la Libye, ce pays doit
inéluctablement être détruit à son tour
pour permettre la réalisation du vieux
projet atlantiste de « Grand Moyen
Orient ». Par ailleurs, la Syrie est une
tête de pont pour une agression contre
l’Iran et la poursuite de l’encerclement
de la Russie et de la Chine (…)
 »

La journaliste précise :
« Concernant l’application de ce projet
en Syrie, c’est le scénario libyen, à
quelques détails près, qui est répété : la
même propagande guerrière contre le
régime et la diabolisation de son chef,
les mêmes mercenaires et combattants
professionnels étrangers lourdement
armés déguisés en manifestants pacifiques,
les mêmes-faux témoignages de
« victimes », la création d’un « Conseil
national de transition » et des sanctions
économiques répétées pour asphyxier
le pays
 ». Car, rappelle l’ethnologue,
« depuis la chute du mur de
Berlin, c’est toujours le même schéma
qui est utilisé pour lancer une guerre
« humanitaire » (en Yougoslavie, en
Iraq, en Libye…) : on déclare que le
dirigeant du pays ciblé « massacre son
peuple », ensuite on fait des discours
droits-de-l’hommistes enflammés à
l’ONU (« nous devons libérer le peuple
de son tyran »), on impose des
sanctions économiques de plus en plus
lourdes, on menace, on lance des ultimatums
inacceptables. Simultanément,
on prépare méthodiquement
l’opinion publique internationale (que
l’on doit émouvoir en lui racontant des
histoires préfabriquées- de bébés, de
femmes et d’enfants torturés, massacrés
par le régime… à une intervention
humanitaire.
 »

Ainsi, le peuple syrien vit sous la
menace d’une réelle agression militaire
de l’impérialisme français et
états-unien. Car le pays est victime
d’actes terroristes prémédités pour
faire chuter son gouvernement
farouchement opposé à la politique
expansionniste de l’État sioniste
d’Israël.

Militarisation impressionnante
des insurgés

Selon la sociologue Joëlle Penochet,
« on assiste depuis le début des
évènements à une militarisation impressionnante
de la soi-disant
« contestation, et à son escalade sans
fin : attaques à l’arme lourde contre les
forces armées gouvernementales et les
bâtiments publics, tirs de snipers sur
les policiers, les manifestants et la
population, enlèvement et assassinats
de fonctionnaires et de civils qui refusent
d’obéir aux bandes armées.
Le niveau d’agression a monté d’un
cran avec des sabotages d’infrastructures
du pays. Et maintenant l’escalade
se poursuit avec des attentats qui risque
de se multiplier (…) Les bandes
armées qui opèrent en Syrie sont des
mercenaires et des terroristes islamistes
armés de matériels lourds et sophistiqués
fournis par des puissances
étrangères et l’OTAN.
Ces gangs armés instillent un climat
de terreur dans la population. Les méthodes
utilisées ressemblent étrangement
à celles du GIA en Algérie dans
les années 90 (…) Le gros des troupes
de « l’Armée syrienne libre » (ASL)
serait composé d’éléments étrangers,
principalement des terroristes islamistes
armés par le Qatar, monarchie
théocratique richissime, et dirigés par
Abdelhakim Belhaj d’Al Qaida Libye
déjà sacré gouverneur militaire de
Tripoli par l’OTAN.
 »

Cependant, les agressions dont
ont été victimes notamment l’Irak
et la Libye ont mis en alerte l’écrasante
majorité du peuple syrien qui
n’a jamais manqué de manifester
son soutien à son Président pour
tenter d’empêcher toute agression
étrangère. Il en est de même pour
l’opposition politique et les minorités
religieuses pour contrer une
éventuelle agression armée contre
leur pays.

À Damas et dans les grandes
villes syriennes, les manifestations
massives de soutien au régime
n’ont jamais faibli depuis le début
de la « crise ». La télévision française
censure bien évidemment les
images de ces manifestations massives
de soutien.

L’URCF soutient la résistance
du peuple syrien contre les odieux
projets impérialistes

En réalité, nonobstant les rivalités
inter-impérialistes, l’Amérique
de Reagan, Clinton, Bush père et
fils, Obama et de son successeur,
veut instaurer une hégémonie totale
sur les pays arabo-musulmans,
du Maghreb et du Moyen-Orient.

En se débarrassant des régimes
« gênants », les USA espèrent remodeler
la région en offrant à
Israël la possibilité d’élargir ses
frontières, et aux multinationales
américaines de s’implanter dans les
pays alors colonisés. Cette politique
pourrait s’étendre à l’Afrique.
« Washington est déterminé à appliquer
son agenda quoi qu’il en coûte,
quitte à provoquer l’embrasement de la
région entière et le déclenchement
d’une troisième guerre mondiale, avec
l’utilisation d’armes thermonucléaires
 », alerte la journaliste Joëlle
Penochet.

L’URCF réitère son soutien au
combat du peuple syrien et de son
Parti communiste pour consolider
et renforcer le camp de la résistance
à la manipulation des ennemis de
l’intérieur qui veulent briser l’indépendance
de leur pays, à toute ingérence
étrangère et aux objectifs
criminels de l’impérialisme notamment
français et américain.

L’URCF appelle les travailleurs
de France à refuser l’engagement
de la France dans une nouvelle
guerre et à refuser de la payer. Il
faut rejeter les appels à l’ingérence
dans les affaires internes de la Syrie,
lancés par la gauche syndicale
et politique.