Accueil > France > Années 2012 - 2013 > Référendum en Alsace : Boycott !

Référendum en Alsace : Boycott !

jeudi 4 avril 2013

RÉFÉRENDUM SUR LE CONSEIL TERRITORIAL D’ALSACE

REJETER LE PROJET PAR LE BOYCOTT !

Le 7 avril se déroule un référendum pour créer un Conseil Territorial d’Alsace - CTA - fusionnant ces deux départements alsaciens et la région.

Ce référendum est le produit du consensus général entre social-démocratie (PS) et UMP, à la fois sur l’intégration accélérée de l’Alsace dans l’Union européenne impérialiste (pôle Alsaco-Rhénan) et sur la mise en œuvre de la politique des monopoles français et allemands visant à la destruction des conquêtes sociales du 20ème siècle.

L’URCF rappelle que derrière les prétendues mesures d’efficacité et de réduction des coûts de fonctionnement, il s’agit en réalité par le CTA d’opérer un véritable cadeau au Capital. Ainsi le patronat alsacien aurait, avec le CTA, le pouvoir de détricoter le Code du Travail. Les attaques sur le SMIC, les salaires et emplois pourront dès lors s’exercer sans entraves juridiques.

Le projet vise à renforcer la concurrence entre travailleurs français et allemands ; pour obtenir des emplois, les travailleurs seront poussés à baisser leurs exigences. La défense de l’internationalisme prolétarien passe par le rejet de ce Traité. L’ennemi, ce n’est pas le travailleur d’Outre-Rhin, qu’il soit allemand ou turc, mais le Capital monopoliste français, allemand ou autre.

Ce projet réalisera des économies en ponctionnant les services publics sous couvert de « rationalisation ». Les transports (tram – train – bus), les crèches, les établissements de santé, seront les premiers visés avec la hausse des impôts locaux, dès lors que les fonds d’État seront restreints.

Ce projet constitue une entreprise de liquidation des principes d’égalité et d’unité du territoire de la République française, renforçant les discriminations à l’égard des Alsaciens et personnes vivant dans ce territoire. Outre le Concordat, qui finance toutes les Églises par l’État, l’Alsace sera le premier espace non départementalisé avec des règles de gestion spécifiques.

Le PCF, révolutionnaire jusque dans les années 50, se prononçait pour le droit à l’autodétermination de l’Alsace dans le cadre du socialisme. Ici, c’est une caricature d’autodétermination, puisqu’il s’agit en réalité de faire de l’Alsace le laboratoire d’essai de la liquidation des conquêtes sociales et démocratiques.

Ce référendum est aussi le moyen pour le FN de ratisser sur fond de scandales financiers et de la juste colère populaire à l’égard de Hollande-Ayrault. Après avoir prôné le OUI, le FN a tourné casaque et prône aujourd’hui le NON.

Ne mêlons pas nos voix à celles du FN, ne cultivons pas l’ambiguïté : l’efficacité, c’est de boycotter ce référendum, puisque le seuil de 25 % de OUI au projet est nécessaire à son adoption.

Déclaration de l’URCF le 4 avril 2013