Accueil > International > Année en cours > Ukraine : déclaration de l’URCF

Ukraine : déclaration de l’URCF

samedi 22 février 2014

DÉCLARATION DE L’URCF : Au sujet des événements d’Ukraine

Les actuels évènements en Ukraine sont la conséquence du renversement du socialisme en URSS et de la restauration du capitalisme. Cela a engendré la corruption à vaste échelle (aussi bien de Ianoukovitch que de Ioulia Timochenko), exploitation du salariat, misère et chômage pour les masses avec la fermeture de nombreuses entreprises.

Les dirigeants des partis bourgeois et les oligarques sont ceux qui ont pillé la propriété socialiste, les accapareurs des richesses produites sous le socialisme en URSS par tous ses peuples.

Le mécontentement légitime de la population a engendré une instabilité politique attisée par les ingérences et les rivalités impérialistes entre les États-Unis, l’UE, la Russie, pour le contrôle des richesses de l’Ukraine comme pour des visées géopolitiques. Pour sa part l’UE, le gouvernement français à la pointe, s’ingère de manière scandaleuse pour remettre en selle les battus de la dernière élection présidentielle.

L’hypocrisie des gouvernants de l’UE déblatérant sur la « démocratie » apparaît clairement quand d’un côté ils dénoncent les violences à Nantes au nom des « libertés publiques » et du respect de « l’ordre républicain », et que de l’autre ils soutiennent et encouragent un coup d’Etat à Kiev !

Seule une analyse de classe permet de comprendre ce qui se trame derrière les proclamations des États impérialistes et de l’UE : la défense des intérêts de leurs monopoles capitalistes !

Pour parvenir à leurs fins, les États de l’UE et les États-Unis financent les fascistes, héritiers des collaborateurs des nazis, en particulier le parti Svoboda (dont le dirigeant Tiagnibok est l’un des trois figures de proue de l’opposition « démocratique »), qui s’appelait jusqu’en 2004 "parti national-socialiste ukrainien" et a été condamné par les tribunaux pour antisémitisme.

Le Parti communiste d’Ukraine, gangréné par l’opportunisme comme son compère du PCFR (PC de Russie), porte une responsabilité dans les évènements. La tendance à soutenir tel ou tel responsable bourgeois voire tel ou tel oligarque, sous prétexte de leur caractère plus « national », conduit à subordonner les travailleurs à soutenir tel ou tel groupe capitaliste au nom de l’ « indépendance nationale ». Quand est bafoué ou ignoré le nécessaire rôle indépendant du prolétariat, ce dernier est condamné à être à la remorque des politiciens bourgeois et ne peut jouer son rôle historique dans la perspective de la lutte pour le socialisme. Le prolétariat n’a aucun intérêt, ni dans le présent ni dans l’avenir, à soutenir telle ou telle fraction du Capital. Or ce sont bien les monopoles et oligarques qui sont les véritables maîtres et dirigeants du pays en Ukraine comme ailleurs. Les oligarques Akhmetov (industrie minière), Pintchouk (métallurgie), soutenaient Ianoukovitch après avoir soutenu Timochenko, elle-même oligarque du gaz ; l’opposant Klitschko est soutenu par le secteur chimique (Firtach) ; tous ces groupes contrôlent les médias locaux et ont orienté les évènements. C’est donc les intérêts de classe et eux seuls qui doivent déterminer la stratégie et la tactique d’un Parti communiste.

L’URCF est solidaire de la classe ouvrière ukrainienne et des autres catégories de travailleurs dans leur juste combat pour leurs revendications quotidiennes et leurs droits. Elle condamne fermement la volonté de la classe capitaliste ukrainienne et des centres impérialistes d’interdire les organisations communistes et leurs symboles, ainsi que la destruction des statues de Lénine.

L’URCF exprime sa solidarité avec l’Union des communistes d’Ukraine dans son juste combat contre le fascisme, la réaction, l’opportunisme et les ingérences impérialistes.

URCF, le 22 février 2014