Accueil > France > Année en cours > Attentat terroriste contre Charlie-Hebdo

Attentat terroriste contre Charlie-Hebdo

vendredi 9 janvier 2015

Déclaration politique de l’URCF du 9 janvier 2015.

Notre première déclaration faisait état de l’émotion contre cet acte de terreur contre la liberté d’expression en France. Maintenant, la récupération politicienne a fonctionné à plein sur « l’unité nationale ».
Aujourd’hui, les évènements dramatiques s’enchaînent avec deux prises d’otages par des éléments terroristes à la Porte de Vincennes et dans le 77.

Le système capitaliste est fondé sur l’exploitation du salariat, les intérêts du Capital monopoliste sont contraires à ceux de la classe ouvrière et des travailleurs. Les premiers s’accaparant les richesses produites par les travailleurs. Il ne saurait y avoir une quelconque communauté d’intérêts entre capitalistes et travailleurs.
Où est l’unité nationale quand la loi Macron casse le Code du travail, affaiblit toujours plus la défense des salariés, ouvre la voie à l’affaiblissement et à la privatisation de la SNCF ?
Où est l’unité nationale quand le Pacte de responsabilité transfère l’argent public dans les poches des capitalistes, institutionnalise l’austérité ?
Où est l’unité nationale quand certains ouvrages, politiciens, (pas seulement du FN), stigmatisent une partie des travailleurs d’origine étrangère, évoquent l’immigration comme un problème, une invasion, salue dans Pétain le défenseur des juifs français durant le seconde guerre mondiale ?

On ne peut ignorer les menées et responsabilités de l’impérialisme américain, français, de l’UE dans l’émergence du terrorisme islamiste de type fasciste.

En Libye, les impérialismes français et britannique ont bombardé le pays, livré des armes à toutes sortes d’extrémistes qui sèment toujours le chaos. Interventions armées qui avaient pour objectif de servir les seuls intérêts des groupes comme Total ou BP.

Les terroristes se sont alors déployés de Libye vers le Mali et la Centrafrique, prétexte à une nouvelle intervention militaire, les anciens alliés menaçant les intérêts de la Françafrique.

En Syrie, la présidence Hollande, soutenue par les autres Partis du Capital ou ses aménageurs réformistes, a tout fait pour intervenir militairement en Syrie pour soutenir les « rebelles » dont la majorité sont des groupes terroristes. Le peuple syrien subit tous les jours ce terrorisme mais il y a pourtant unanimité de la presse "démocratique" pour condamner le régime syrien qui le combat en actes sur le terrain.

Et quand Daesh (État islamique), après avoir bénéficié du soutien financier et militaire de l’Arabie saoudite, du Qatar et de la Turquie membre de l’OTAN et des États capitalistes occidentaux, se retourne contre ces derniers pour défendre ses propres intérêts, mixte de relais des oligarchies des monarchies pétrolières et de réaction moyen-âgeuse … alors on déclenche la guerre pour conserver ses gains dans le repartage du monde entre grands groupes et États.

A la fin des années 70, l’Afghanistan a connu une révolution démocratique qui visait à mettre fin au féodalisme, à l’extrême arriération culturelle, à donner la terre aux paysans, à assurer l’égalité homme/femme. Par sa portée, la cause de l’Afghanistan démocratique était celle de l’humanité progressiste comme l’Espagne républicaine le fut dans les années 30.

Les États-Unis, les États européens, la Chine ont apporté leur soutien à la contre-révolution, armée par d’immenses arsenaux, le soutien aux terroristes éduqués et formés dans l’esprit de l’intégrisme absolu par l’Arabie saoudite. Ce fut l’opération qui coûta le plus cher aux Etats-Unis.

Ben Laden était alors l’allié des puissances impérialistes, des États-Unis en particulier. Ces « combattants de la liberté » comme les médias capitalistes les présentaient se sont retournés contre leurs anciens alliés et sont à l’origine des attentats du 11 septembre.
Les États impérialistes se sont alors livrés à des guerres barbares pour prendre le contrôle direct du Moyen-Orient et de ses ressources énergétiques. En Irak, en Libye pour « instaurer la démocratie », l’impérialisme a contribué à amener au pouvoir les tenants du fascisme intégriste.
En Ukraine, les proclamations « démocratiques » des Etats-Unis et de l’UE se sont traduites par un coup d’État appuyé militairement par des groupes se revendiquant du fascisme et du nazisme.
Autre pays de guerre, la politique impérialiste de soutien à la politique colonialiste d’Israël qui entretient une injustice historique, s’opposant à la création d’un État de Palestine avec Al Qods comme capitale.

L’URCF met en garde sur l’utilisation de cette affaire pour préparer les esprits à la guerre et en particulier à une intervention en Syrie.

L’URCF s’est opposée à toutes les interventions armées visant à satisfaire en réalité les seuls intérêts financiers de grands groupes monopolistes, parce qu’elles déboucheraient inévitablement sur l’importation du terrorisme menaçant les populations civiles. Terrorisme nourri par les armes distribuées ou récupérées.

C’est pourquoi, plus que jamais, nous nous prononçons pour une politique de paix et de retrait de tous les corps expéditionnaires français, contre toutes mesures d’exception, comme le préconise cette responsable de l’UMP qui a appelé à l’adoption d’un « Patriot Act » sur le modèle de l’Amérique de Bush.

Le terrorisme islamiste nécessite d’être combattu à la racine en dénonçant et s’attaquant financièrement et politiquement aux États qui le soutiennent et l’alimentent en armes de guerre … pour déstabiliser toujours plus le Moyen-Orient.
En France, cela passe préventivement par la lutte contre le chômage et l’exclusion qui frappe des populations entières, pour une école assurant une véritable formation qualifiante.
Cela passe aussi par le fait que les victimes du capitalisme doivent s’engager dans le combat contre le capitalisme.

L’exclusion alimente la délinquance et le développement d’un lumpen-prolétariat qui passe des trafics divers au terrorisme. Et en amont, quelles sont les filières et personnes qui s’enrichissent de ce marché existant en France, et de celui inséparable de la drogue, d’armes lourdes de guerre ?

Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence, la division des hommes et femmes selon leur nationalité, la couleur de leur peau, leur croyance, leur sexe etc.
L’URCF appelle à combattre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie en déployant le combat de classe contre ceux qui veulent diviser les travailleurs selon des critères d’origine ou de croyances ou qui veulent effacer les distinctions de classe sous couvert d’ « unité nationale ».

L’URCF partage l’émotion de tout le pays et salue les hommes et femmes tombés pour la liberté d’expression mais appelle à rejeter toute récupération politicienne et électoraliste de ces événements dramatiques.