Accueil > France > Année en cours > Hollande : Il prépare le pire !

Hollande : Il prépare le pire !

vendredi 11 septembre 2015

Pendant sa conférence de presse ce lundi dans les salons de
l’Elysée, Hollande a annoncé qu’il irait beaucoup plus loin dans
la poursuite de sa politique et dans tous les domaines
 : «  Il me
revient de faire des choix et de dessiner l’avenir
 »

Pas question un seul instant d’aller faire la paix en Syrie, en
Irak… dans cette région du monde ravagée par les forces
militaires Etats-Uniennes et Européennes. Au contraire, il a
annoncé la participation de l’aviation française aux vols de
reconnaissance et aux bombardements aériens,
particulièrement en Syrie où l’ennemi à abattre est le
gouvernement légal de ce pays. (Voir notre article de la
semaine dernière)

Les 39 heures, le code du travail, les garantis nationales ? Il
veut adapter toutes ces questions « à la vie actuelle ». Nous
avons besoin de « davantage de souplesse
 ». « Ouvrir pour
adapter
 » a-t-il répété « négocier dans les entreprises » car
c’est là que tout doit se passer. Nous allons publier sous peu
une nouvelle loi qui résumera cette « nouvelle donnée ». Il
vient de le déclarer publiquement une fois de plus : « Tout pour
permettre les accords d’entreprises
 ».

A une question complaisante sur les élections régionales du 6
et 13 décembre, il a répondu que les électeurs et électrices et
personne d’autres, allaient « eux-mêmes déterminer ce que va
être leur région
 » ! Pas un mot sur la mainmise accélérée des
grands groupes capitalistes européens sur chacune d’entre
elles. Pas un mot sur l’élimination prévue des droits et
garanties nationales.
«  Mon camp c’est la France » a-t-il proclamé. « Que nous
soyons de droite ou de gauche, nous avons tous intérêt à ce
que notre pays progresse
(sic).
« Des économies, nous continuerons d’en faire partout, dans
les collectivités locales et ailleurs."

Il a conclu ses 2 heures face à la presse en affirmant que les
trois premières années de mandat avaient marqué un grand
changement dans le pays et que les deux qui lui restaient à
accomplir lui permettraient de cueillir les résultats de sa
politique (!).

Les intérêts du capitalisme et ceux du peuple sont
inconciliables. Ce que Hollande redoute, c’est le développement
de la lutte des salariés et du peuple pour arracher au capital les
milliards qu’il vole au peuple.