Accueil > International > Année en cours > Indonésie : 1965-2015, 50 années de silence sur un massacre

Indonésie : 1965-2015, 50 années de silence sur un massacre

dimanche 13 septembre 2015

Il est temps de faire la lumière sur un des pires massacres de
l’histoire du XXème siècle passé sous silence par les médias et
de rendre justice aux victimes de ce crime contre l’humanité.

Il y a 50 ans, le 30 septembre 1965 un massacre politique
débutait en Indonésie. Plus d’un million de membres ou
sympathisants du Parti Communiste Indonésien étaient
assassinés, jetés dans des fosses communes, torturés, violés et
plusieurs dizaines de milliers emprisonnés sans jugement dans
des camps de concentration. Les conséquences des massacres
de 1965 et 1966 ont engendré des blessures pour plusieurs
générations. Les disparitions, les enlèvements, la torture,
l’ostracisme envers des familles entières, ont été les méthodes
de gouvernement d’un régime qui a ensuite pillé les ressources
nationales au profit de compagnies étrangères.

Ce massacre, qui se déroule au moment même où commence
l’intervention américaine au Vietnam, il a été commandité par
la CIA et exécuté par les militaires indonésiens et des religieux
dont les propriétés étaient menacées par la mise en œuvre
d’une véritable réforme agraire impulsée par le PCI qui, fort de
ses 3 millions de membres et des 16,6% aux dernières
élections était entré dans le gouvernement de Soekarno
initiateur du mouvement des « Non Alignés » lors de la
conférence de Bandung en 1955.

Le Réseau Indonésie et le réseau Sortir du Colonialisme
appellent à un grand rassemblement le 30 septembre à
18 h 30 à la Fontaine des Innocents, Métro Les Halles ou
Châtelet

Notre Parti leur a envoyé un message :

Chers amis,

Notre Parti Révolutionnaire Communistes apprécie votre
initiative de commémoration du massacre de millions de
communistes indonésiens en 1965. Il est en effet grand temps
de demander justice et réparation pour ce massacre
commandité par l’impérialisme et exécuté par les militaires
indonésiens. Ce massacre, comme malheureusement bien
d’autres de part le Monde, montre que l’impérialisme ne recule
et ne reculera devant rien pour soumettre les Peuples à la loi
d’airain du capitalisme.

Notre solidarité avec les communistes indonésiens, comme
avec ceux du Monde entier qui luttent pour abattre le
capitalisme et construire le socialisme passe en premier lieu par
la reconstruction d’un puissant parti révolutionnaire en France.
C’est la tâche que nous nous sommes fixée en créant le Parti
Révolutionnaire Communistes.
Fraternelles amitiés,
Antonio Sanchez
Secrétaire Général du Parti Révolutionnaire Communistes
Paris le 10 septembre 2015