Accueil > France > Année en cours > Indre : La Poste sanctionne les militants syndicaux

Indre : La Poste sanctionne les militants syndicaux

lundi 5 octobre 2015

Nous subissons de plein fouet l’éclatement du service public postal, des restructurations dans tous les métiers, avec des suppressions de bureaux et, d’emplois, dans le cadre de la politique de privatisation. Cela ne va pas encore assez vite pour la Direction Service Courrier Colis de Tours (18/36/37, ) voilà qu’ elle s’attaque à une contractuelle, syndicaliste CGT et qui fut candidate aux élections départementales sur les listes présentées par COMMUNISTES.

Hasard ? Alors qu’après un accident de travail, le médecin de prévention de La Poste lui avait prescrit des « mesures restrictives » dans son travail, elle s’est vue en quelques minutes mise à pied conservatoire, pour avoir osé refuser l’ordre de son Directeur de changer de position de travail.
Elle s’est vue contrainte de rester dans un bureau avec deux cadres, sans pouvoir le quitter, le temps que ces mêmes cadres lui assènent la lecture de sa mise à pied conservatoire.

En fait, cette mise à pied, avait été préparée la veille, car connaissant les difficultés physiques de notre collègue, la direction savait qu’elle refuserait de changer de travail.
C’est une véritable machination, un acharnement qui depuis des mois est mis en place par une direction pour arriver à mettre à terre une syndicaliste.

Bel exemple des méthodes patronales appliquées à La Poste privatisée, par de simples subalternes, qui par le jeu de la réforme ont aujourd’hui le titre de « cadre ».
Tout a été sérieusement orchestré pour supprimer un emploi assez facilement, et se débarrasser d’une militante CGT.
Ca suffit !

Issoudun, Ville où il y a une députée socialiste Isabelle Bruneau, un Maire hautement connu dans les rouages du parti socialiste et du gouvernement André Laignel, un ministre des finances Michel Sapin. Que font-ils contre une telle atteinte à la liberté ? Ils ne lèvent pas le petit doigt. « Tout pour l’entreprise capitaliste » c’est leur devise.

On ne peut tolérer une telle discrimination syndicale, une telle atteinte à la liberté syndicale

Notre Parti dénonce cette politique, appelle à l’action et au rassemblement de tous les travailleurs pour la combattre. Nous appelons les salariés du bureau d’Issoudun à faire du 8 octobre une journée massive de grève contre toute sanction à l’encontre de leur collègue, pour que la mise à pied conservatoire soit annulée.