Accueil > France > Année en cours > EDITO

EDITO

lundi 14 décembre 2015

Et maintenant...

État d’urgence : lutter pour nos revendications, la paix et les droits démocratiques !

Le terrorisme a frappé dramatiquement notre peuple à Paris : 130 victimes et des centaines de blessés ou mutilés.

Face à ces événements, le gouvernement a opté pour le renforcement de la politique de guerre de la France, par la proclamation de l’état d’urgence pour 3 mois. Tous les groupes et partis parlementaires ont approuvé ces mesures. L’ « union nationale » entre les partis du capital (PS, Les Républicains, FN) et la « gauche de la gauche » (PCF, Front de gauche, écologistes) s’est réalisée.

Les élections régionales se sont donc déroulées sous l’état d’urgence, révélant que cette « union nationale » est impuissante à résoudre la crise politique, puisque l’abstention touche en moyenne 20 millions d’électeurs et les blancs/nuls 4 %. Les résultats doivent être examinés à cette aune : le FN, parti arrivé en tête au 1er tour, a obtenu 14% des inscrits.

Cela signifie que tous ces partis du système, au-delà de leur concurrence et de la course aux postes, sont d’accord pour la politique de guerre accrue et les restrictions des droits démocratiques ! « Union nationale » qui sert les intérêts de la classe capitaliste au pouvoir et signifie la subordination des intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs.

Le peuple de France n’a rien à gagner à ces interventions armées en Afrique et au Moyen-Orient faites pour les seuls intérêts capitalistes.

Notre Parti révolutionnaire - Communistes - rejette cette « union nationale » qui ne profite qu’au système capitaliste qui, ainsi, a les mains encore plus libres pour poursuivre son offensive contre les droits et aspirations des salariés.

Lire la suite...