Accueil > France > Année en cours > Les fausses solutions pour l’agriculture, ça suffit !

Les fausses solutions pour l’agriculture, ça suffit !

mercredi 24 février 2016

Les éleveurs et producteurs de lait poursuivent leurs actions pour tenter d’imposer des prix rémunérateurs pour leurs productions.

Ils attendaient de la réunion des ministres de l’agriculture de l’UE le 15 février à Bruxelles des mesures urgentes en aides financières et un engagement à la mise en oeuvre de réformes structurelles sur le long terme. Le ministre Le Foll n’a annoncé ni les unes ni les autres. Et pour cause ! l’UE n’a nullement dans son projet de voler au secours d’une agriculture française qu’elle a, elle-même, condamnée à une extrême concentration, une compétitivité forcenée ou à la mort.

Faire croire que le prochain conseil du mois de mars ou la venue de Phil Hogan le commissaire européen à l’agriculture le 25 février apporteront une solution viable relève de l imposture politique.

La seule mesure obtenue auprès du gouvernement français est la baisse des " charges ". Par là, il faut entendre une nouvelle baisse des cotisations à la MSA, la sécurité sociale agricole déjà bien mal en point malgré l’intervention financière considérable du régime général des salariés. Cette revendication, commune à tous les chefs d entreprise, a bien sûr, séduit X. Beulin le président-patron-magnat de la FNSEA et tous les gros exploitants. Pour les agriculteurs qui souhaitent seulement vivre décemment de leur travail, cette mesure est totalement hors-sujet.

Tant que l’on feint d’ignorer que les racines de cette crise sont dans le système capitaliste, aucune solution conforme aux intérêts de la masse des agriculteurs n’est envisageable. Ne pas s attaquer aux profits capitalistes des investisseurs, des banques, des grandes surfaces, des grands groupes de l’agro-alimentaire ne peut que conduire dans l’impasse.
C’est le système qu’il faut changer !

La satisfaction de la FNSEA devant cette mesure a provoqué chez nombre de manifestants hargne et colère. Le besoin de s’organiser autrement pour continuer la lutte se fait jour, les agriculteurs en ont assez d être bernés par ceux qui sont censés les défendre. Comme si les salariés de l industrie confiaient leurs intérêts à Gattaz....

Des luttes nouvelles, dirigées contre les vrais responsables de cette situation doivent advenir. Nous les soutiendrons clairement.