Accueil > France > Année en cours > Après le 51ème Congrès de la CGT

Après le 51ème Congrès de la CGT

lundi 25 avril 2016

Le mécontentement des syndiqués, leur volonté de voir la CGT intervenir plus vigoureusement contre la politique actuelle du MEDEF et du gouvernement à son service, cette volonté est apparue au cours du congrès qui vient de se tenir.

Pourtant la direction de la CGT avait tout fait pour que ce congrès apparaisse le plus discret possible. Malgré cela certaines interventions de délégués s’appuyant sur ce qui se passe dans leur entreprise et dans le pays ont montré qu’il était urgent d’agir plus fort et plus vite. Un vote du congrès sur « le rapport avec les autres organisations syndicales et le politique » n’a obtenu que 57% du total des délégués.

La direction nationale réélue a été contrainte de prendre en compte, seulement dans une certaine mesure, ce qui se passe dans le pays où les luttes et les actions se développent partout. C’est ainsi que Martinez lui-même a dû prendre quelque distance avec cette notion du « syndicalisme rassemblé » sans lequel la CGT ne pourrait paraît-il rien entreprendre.

A l’issue de ses travaux, le 51ème congrès a appelé à la poursuite de la construction de l’action, à la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publiques pour décider de la grève et de sa reconduction jusqu’au retrait de la loi El Khomri.

Ce 51ème congrès de la CGT a montré à l’évidence que sa direction s’oppose encore à l’organisation d’une grande lutte nationale interprofessionnelle contre le MEDEF et ceux qui le servent. Il a montré en même temps que cela lui devient plus difficile. Des choses ont changé. Avec tous ceux et toutes celles qui veulent que la CGT joue pleinement son rôle de syndicat de lutte de classe, agissons pour que les choses changent plus vite encore.